Première pêche à vue, enfin !

Après de longs mois de froid, le beau temps a décidé de faire son retour durant plusieurs jours de suite. Nous n’avions plus l’habitude en Belgique ! J’ai donc profité de l’aubaine pour aller faire un tour au bord de l’eau, dans l’espoir d’y trouver les chevesnes actifs en surface.

_MG_5114
Les beaux jours sont enfin là !

J’arrive sur place en après midi et commence tout d’abord par pêcher un peu la truite. Le niveau de l’eau a déjà bien baissé en comparaison à ma dernière venue, il y a deux semaines. Je prendrai rapidement quelques arcs avant d’attaquer la perche pour le coup du soir. Pour changer un peu, je décide de les aborder avec les nouvelles écrevisses Critter de Fox Rage sur un montage Carolina. Ces crustacés sont bien présents sur la rivière et les perches ne manquent pas d’en profiter !

_MG_3799-2
Exemple de montage Carolina avec un Slick Shad

Les touches ne sont feront pas attendre. Je n’ai pas pris le temps de faire beaucoup de photos mais les poissons ont bien réagi aux animations lentes près du fond et la taille du leurre (environ 5cm) m’a permis d’éviter les poissons trop petits au passage. Je sortirai tout de même l’appareil pour la remise à l’eau d’une belle perche dans la lumière du soir.

 

_MG_5147

Je continue la prospection en ciblant principalement les amortis et les zones plus profondes de la rivière. On retrouve plus rarement les perches dans les zones de courant  soutenu.

En un peu moins d’une heure, j’en suis déjà à près d’une dizaine de perches avec une jolie taille moyenne. Même si je n’en doutais pas trop au départ, le leurre a vraiment l’air de leur plaire ! Alors que j’allais sortir mon montage de l’eau dans un poste à l’abris du courant, une grosse perche arrive de nulle part et fixe mon écrevisse en approchant lentement. Je donne un léger coup de scion pour la faire bouger et la laisse reposer sur le fond. La perche s’approche alors et aspire le leurre juste sous mes yeux, dans l’eau claire de la rivière.

Elle me livra un combat tout en puissance sous ma canne, entre les arbres mais je réussis à la mettre rapidement à l’épuisette.

_MG_5199

Malheureusement, les écrevisses ne plaisent pas qu’aux perches et je perdrai la dernière que j’avais, emportée dans la gueule d’un brochet…

Le titre de l’article n’était pas mensonger, je suis allé pêcher à vue, le lendemain matin. Cette fois, je décide de me concentrer uniquement là dessus car j’ai tendance à me dissiper et ne rien faire de correct lorsque je tente d’attraper tout ce qui passe !

Comme pour la veille, je reprends la Linear Light Spin, probablement ma canne préférée et la plus polyvalente. Son action est un peu trop fast pour lancer correctement des leurres non lestés mais c’est elle qui me permettait d’être le plus complet en emportant qu’une seule canne. Je l’utilise avec un Stradic CI4+ 1000 et une tresse très fine. Je débute la pêche vers 6h30, après un réveil toujours trop difficile pour moi si tôt !

_MG_5226
Les indispensables de la pêche à vue: les lunettes polarisantes et une bonne casquette/visière !

Je monte une imitation d’insecte et dès les premiers lancers, j’enregistre déjà des touches en surface, ça fait du bien revoir ça, même si je manque ces premiers poissons. En passant de post en poste, je prendrai rapidement une dizaine de chevaines de taille moyenne en variant la taille des leurres (principalement en la diminuant lorsque j’enregistrais trop de manqués ou de refus). Alors que je redescendais la rivière, j’aperçois deux poissons en bordure dont un très gros, surtout pour cette rivière.

Je pose l’épuisette en retrait et m’approche discrètement, afin de ne pas les mettre en alerte. Au premier lancer, le leurre touche à peine l’eau que le plus gros des chevaines l’aspire totalement sous mes yeux ! Je ferre et c’est pendu ! Quel plaisir de voir les poissons se saisir du leurre de la sorte, ça m’avait manqué.

Malgré la puissance de la canne, elle est bien pliée et le poisson me prend plusieurs fois du fil au point de me faire peur en allant se loger dans les rochers. Il est vraiment très lourd, du même gabarit de ceux que l’on retrouve habituellement en Haute-Meuse, et dépasse de loin les 50cm. Après plusieurs tentative, il entre enfin dans l’épuisette et c’est au moment de le hisser sur la berge que je me rends réellement compte de son poids.

thumbnail_IMG_6709-3

Après avoir pris des repères sur ma canne pour le mesurer correctement en rentrant, je l’estime à environ 58cm. A 2cm de l’objectif que je me suis fixé cette année donc, ça commence plutôt bien pour une première. C’est un poisson magnifique et certainement le plus gros que j’ai pu prendre sur cette rivière. Et après une rapide photo, il regagnera son élément.

Je finirai la session par quelques poissons pris dans le courant, sous un arbre en laissant dériver mon leurre tel un insecte en péril. Dans ces cas là, les touches sont très violentes car les poissons savent qu’ils n’auront pas droit à un second passage!

D’ici à ce que je vous écrive à nouveau, soyez certains que je serai retourné au moins une fois à cette traque passionnante histoire de vous en parler plus en détail avec plus d’images !

 

Merci de m’avoir lu !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s